05/10/2014

Sorties Octobre 2014

Dimanche 26/10/2014 : Pierre-Yves, un nouveau plein de promesses
Par Alain Darville

Encore une fois, nous sommes nombreux ce matin. Du monde qui veut rouler et pour certains qui sont un peu excités à l’idée de partir en voyage en 2015. Le lieu est choisi, il faut trouver un logement pour la date choisie. Mais Freddy a déjà fait quelques trouvailles.

On roule tous ensemble, vent dans le dos, le temps de blablater et de me rendre compte que nous avons un nouveau phénomène dans le club. Moi qui essayais de lui expliquer ce qu’est un BRM et ce qu’il faut faire pour les réussir, Pierre-Yves me dit qu’il est un (ancien, mais pas tant que ça) coureur à pied d’endurance. Mais de l’endurance extrême : Les ultra-trails (dont celui du Mont Blanc) et les ultra-marathons. Je n’ai donc strictement rien à lui apprendre en tant que modeste petit BRMiste avec mes ridicules petits 200, 300, 400, rarement 600 et encore plus 1200. Ses genoux ont un peu souffert et maintenant le vélo sera peut-être un remplacement à la course à pied. En tout cas, ça promet, s’il y met autant d’entrain que lors de ses raids… Comme je le vois déjà être un des plus forts parmi nous, je me dis qu’il peut franchement y aller.

En attendant, nous faisons notre petit 60 km, groupés jusqu’au 40ème kilomètre. Le temps que Jean-Paul essaye de savoir à qui est un GSM trouvé sur route. A personne de nous, en tout cas.

Mais maintenant, Eric et son VTT sont partis loin devant. En essayant de le rattraper, on se retrouve à trois, Eric, Freddy et moi. Freddy qui accélère toujours autant dans les montées. Je ne sais pas où sont les autres. Avec Eric, il faut ralentir dans les montées et parfois l’attendre, le temps de voir revenir Jean-Louis, Stéphane et Pierre-Yves.

Vent de face, il n’y a pas de belles envolées, même si à la fin à force de remettre des couches, je me retrouve avec Jean-Louis pour finir ce brevet.

 

26-10-2014

 

 

____________________________________________________________________________________________________

Dimanche 19/10/2014 : Sortie en peloton
Par Alain Darville

Cela devient Byzance. Je n’arrive même plus à savoir combien nous sommes au départ. Sans doute une vingtaine. Dan a amené ses potes, Philippe est revenu, Pierre-Yves, Gabriel et Fabrice s’accrochent, Pierre est toujours là aussi. Avec ceux du club, Stéphane, Freddy, José, Michel, Eric, Jean-Louis, Jean-Paul, Daniel et moi, cela fait un gros peloton.

Nous partons pour un 65 km. Il fait beau, à la mi-octobre encore avoir 20°c au départ le matin cela relève du rêve. Et le soleil est bien là aussi.

Le tempo est assez rapide, vent dans le dos, tout est facile. Le groupe se sépare rapidement, Jean-Louis et Eric emmenant la petite troupe. Mais rouler vite, c’est bien, encore faut-il tenir jusqu’au bout.

A Teralfene, les copains de Dan nous quittent, apparemment cela va un peu trop vite pour eux. On continue et on va attaquer la côte d’Asbeek. Le début de la montée se fait sur un tempo mou. Ce n’est pas sérieux. Stéphane m’invite à y aller. Petit effort de 700 m sur le grand plateau. Ça commence à 30 km/h et ça fini à 20 km/h. Seul Pierre-Yves a suivi. Jean-Louis et Eric ont continué à papoter dans la montée en regardant Stéphane devenir tout rouge. C’est un petit peu déçu (enfin moi) qu’on attend les autres.

Entre Asse et Brussegem, Eric est parti. Suivi de Pierre-Yves et de Stéphane. Philippe en profite pour crever au propre et au figuré. Il nous assure qu’il pourra réparer et nous l’abandonnons. Fabrice commence à se demander pourquoi son vélo des années 80 a des développements de malade. Sans doute un 54x42 avec un 11x21. Chaque côte devient de plus en plus dure et le vent de face n’arrange pas les choses. Jean-Louis se dévoue pour rester avec Gabriel et lui.

Les abstinences vélocipédiques n’ont pas de prise sur Freddy qui roule toujours aussi fort que les autres. Je me demande toujours, comment avec un physique pareil, il aurait roulé s’il avait été régulier.

 

19-10-2014

 

______________________________________________________________________________________________________

Dimanche 12/10/2014 : Sortie Club relax
Par Alain Darville

Du monde ce matin. Le temps est au sec et sans vent, pas comme hier où je me suis pris un torrent d’eau sur la tronche et où j’ai fait du surf avec mon vélo en descendant l’Atomium.

Les petits nouveaux potentiels, Fabrice et son fils, Pierre-Yves et Pierre (le retour). Les 4 avec Jean-Louis, Eric, Daniel, Guy, Benoit, Michel, Jos et moi, ça fait du monde au départ. Il y avait longtemps que nous n’avions plus été aussi nombreux.

Nous sommes partis ensemble et nous le sommes restés de nombreux kilomètres, même si au fil du temps le groupe a eu tendance à s’effiloché. Et bizarrement, ce sont Benoit et ensuite Jos qui ont entrainé les nouveaux à faire de la reconnaissance avancée. Au point qu’à un moment donné je me suis retrouvé avec Guy qui me parle de ses vacances et de son rouler groupé (perpétuel), avec encore Daniel et Pierre, alors que tout le monde est parti en stoemeling.

Après un nouveau regroupement, une côte pentue permet de tester Pierre-Yves qui visiblement n’est pas venu les mollets mous. Il sait rouler et d’après ce que j’ai compris ce ne sera pas un client même pour les longues distances, les 200/300 ne lui font même pas peur.

Ma banque m’appelle en pleine côte, va falloir attendre que je termine. Mais les autres sont partis. On y va. A l’envers pour Eric qui a bien fait 15 km (dixit lui-même) en plus que nous en allant rechercher les attardés qui en fait se trouvent devant puisqu’ils ont zappé la fameuse côte en question. Donc direction Tubize, c’est pleins pots qu’on y va. Un petit 38 km/h, avec un relais énergique de Jean-Louis et tout le monde est là. Pierre et Guy sont dépassés, Benoit et Zichel disparaissent.

Pour le retour on attend. Eric et surtout Jean-Louis emmènent tout ce petit monde à du 35 km/h le long du canal. Fabrice et son vélo des années 80 (et pas 90) tient le coup malgré son manque d’entrainement à vélo, son fils sur son nouveau vélo suit sans problème. Et Jos qui a fait toute l’année en mode « distance 40 km max », s’est réveillé. Il est là du début à la fin, accélérations ou pas, montées ou pas. L’approche de la pension ?

 

 

12-10-2014

 

 

__________________________________________________________________________________________________

Dimanche 05/10/2014 : Sortie Club tranquille
Par Alain Darville

Photos de Jean-Louis Van Obbergen

Nous avons eu la visite de deux nouveaux cyclos ce dimanche : Le père et le fils qui venaient s’essayer à une sortie club. Le garçon de 13 ans, roule déjà pas mal, ne se plaint pas et a fait 60 km sans problème. Le père tire des développements encore plus grands que moi sur son vélo des années 90.

Les problèmes, c’est Eric qui les a avec une hanche qui lui fait mal, voire très mal. Il ne roulait pas trop bien, du moins au début. Stéphane devient tout doucement un champion cycliste à force de persévérance. Le début s’est fait sur une allure tranquille pour que tout le monde suive. Comme Daniel s’occupait du garçon, dans les 15 derniers km, il fallait y aller :

Dans une attaque à la Gilbert (mais en mode ralenti tout de même), la montée sur le pont de l’autoroute après Asse, s’est faite à fond (mon fond à moi), sur le grand plateau (quand même, avec une pente à 6%). Stéphane a suivi. Pas le temps de respirer, 2ème attaque, Stéphane suit. Recherche du second souffle, Eric est revenu :  « Mais il fallait le dire que vous partiez, j’ai dû faire un gros effort pour revenir !!! », dit-il en lisant son journal… Commencent à m’énerver ces deux-là. Redémarrage après le chemin de fer. Toujours là. Montée vers la Chaussée de Ninove, c’est moi qui ne suis plus là, mais le feu rouge est rouge. On repart, ré-a fond. Stéphane suit mais devient tout rouge (comme le feu). Je ne suis plus personne, je termine au ralenti en regardant les golfeurs. Eric dit hilare à la fin : « Stéphane est resté jusqu’au bout, la langue par terre, prêt à exploser, complètement exténué !! ».

La dessus, je vais chercher un moteur à mettre dans mon vélo.

05-10-2014

______________________________________________________________________________________________________

Samedi 04/10/2014 : Le BAD de Bomerée
Par Alain Darville

Au départ de Thuillies pour aller en direction de la Meuse à Hastière, la Route des Panoramas promet un joli brevet. Mais c’est un BAD et un assez corsé, plus de 1500 m sur les 128 km, et encore ces 1500 m auront été faits principalement sur les 110 premiers km.

Au départ, nous retrouvons Antonio, José Maria, Daniel Cauchie qui vont faire ce BAD, mais à leurs rythmes.

Avec Patrice et sa caméra/lampe qui a son joli succès : « c’est vous le monsieur avec une caméra » dixit la madame du 2ème contrôle à Sautour. Comme quoi, on en parle de Patrice, il devient célèbre, même en dehors des BRM. Encore une qui aura envie de voir des films que Patrice entasse sur son disque dur et qui restent là.

Mais c’est soleil de face que nous partons plein est. Nous restons sur les plateaux, même si ce sont des plateaux vallonnés, il faut bien faire ce dénivelé.

A la séparation du 40km, Patrice y va gaiement. Il va si mal qu’il veut se limiter à un 40km. Heu, non, il n’a pas vu toutes les flèches. Et pourtant, le fléchage était impeccable, même si certains cyclos se sont retrouvés sur le 130 km pensant être sur le 85 km, prétextant des flèches manquantes. Je n’ai rien vu qui manquait…

Cela avance au petit trot, Patrice moulinant dans les montées. Même si parfois je me pose des questions sur la façon de rouler de Patrice : Quand un cyclo nous passe, Patrice se met dans sa roue et accélère de façon assez impressionnante. De cette façon, il me largue, quand je roule de façon calme, je n’aime pas me réveiller, et je continue toujours au même rythme. Et même les montées, il les fait à toute vitesse. Dès qu’il est lâché, tout passe à gauche, et la vitesse est carrément divisée par deux.

D’Onlaye à Hastière, nous faisons une grosse descente, pour se mettre à hauteur de la Meuse, qu’on ne verra pas, et ensuite ça remonte pas mal dans la côte d’Inzemont pour aller dans le Bois de Lens.

Le vent s’est un peu lever et est assez favorable. La vitesse augment un peu. Je résiste à l’envie d’abandonner Patrice jusqu’au km 110 et la côte de la Plate Taille pour arriver aux Lac de l’Eau d’Heure. C’est une fameuse côte avec un petit 10%. Là je continue sur ma lancée, vent dans le dos à plein tube jusqu’à l’arrivée.

Patrice arrive un peu après. Je rencontre le groupe Galapagos des BBB et son leader Marc Columbo qui ont fait le 85 km.

Et Patrice finit par son stretching habituel, la jambe au-dessus de la tête après m’avoir expliqué les règles de la balle pelote.

 

04-10-2014 Bomerée